Le temps suspendu… possible sur un blog

Yeu

Après une naissance durant la semaine parisienne la plus calme de l’année, celle du 15 août. Un lancement tonitruant d’énergie puisque 5 posts ont suivi. Une semaine de silence complet, pardonnez-moi, j’étais sur l’île d’Yeu, les photos en témoignent et je suis fascinée par les nuages moutonneux. J’étais entre parenthèses, insulaire parmi d’autres Parisiens et Parisiens expatriés.

Yeu2

Je n’ai pas publié ces photos sur Facebook car observer les déplacements de mes amis m’amuse, mais je préfère m’abstenir. Sur mon fil d’actualité, je veille les Musées et galeries, il y a 2/3 ans, la page du Musée des Arts Décoratifs très active à l’époque, avait invité ses fans à une visite privée et confidentielle un mardi soir… nous étions 3000 privilégiés.

Je ne les ai pas twittées car dire que je suis à Port Joinville à mes followers n’a aucun intérêt, n’étant pas Katy Perry @katyperry – 3ème célébrité populaire sur Twitter avec ses 41 791 382 followers- (source SocialBakers).

Je ne les ai pas épinglées sur Pinterest, je préfère celles de Michael Kenna ou Izis.

Ni sur Instagram car mon égo m’en empêche.

Mon blog m’a semblé être le média social idéal, certes incongru pour parler de villégiature car ayant une vocation professionnelle, mais adapté car il s’agit d’une tribune où les lecteurs pourront évaluer mon style, ma perception, mes réflexions, ce qui me touche.

Un blog d’entreprise a la même fonction, il est un petit carnet où ses clients et ses prospects pourront découvrir son actualité, ses valeurs… dans un cadre moins formel que son site internet. Son style pourra être plus rédigé et élégant qu’une page Facebook et surtout plus visible car vous avez sans doute entendu parler de la complexification de son algorithme qui influe sur la lisibilité des informations dans le fil d’actualité des utilisateurs.

M’autorisant encore un écart, voici des roses sauvage en hiver sous la neige, un peu dans le style Saul Leiter que j’admire, et qui évoquent… le temps suspendu, un luxe appartenant désormais aux vacances passées.

roses en hiver

WHITEbIRD | un concept store de bijoux unique

Il est des lieux uniques où l’on se sent bien en franchissant le seuil… WHITEbIRD en est un, niché au creux de la rue du Mont Thabor, calme oasis bordé par la rue Saint Honoré et la rue de Rivoli. Ce concept store (je n’ose dire bijouterie tant l’atmosphère est différente) recèle des trésors de créations délicatement choisies par Stéphanie Roger. Son parcours chez les plus grands joailliers de la place Vendôme explique sans doute le raffinement de sa sélection mais son goût très sûr imprègne le lieu : du mobilier à l’agencement, de la subtile senteur aux notes musicales qui vous accueillent.

WHITE bIRD

Rien n’est laissé au hasard. Ce qui me séduit ? L’ensemble, la finesse dénominateur commun de ces bijoux et leur côté brut qui laisse parler la beauté de la pierre ou du métal précieux…

e5e6a93cdb0b11e2ba1322000ae91369_7

wb-pippa-juin13-11

WHITEbIRD | Boutique de bijoux originaux et contemporains de créateurs.

Repetto

repetto1

Atelier Repetto

Lancé en 2011, l’Atelier Repetto incarne le savoir-faire de Repetto, il donne vie aux paires « uniques » de Cendrillons (anciennement BB). La mythique paire de ballerines réalisée pour Brigitte Bardot, se réalise au gré des inspirations puisées parmi 252 nuances d’agneau. Deux ans après, le concept se réinvente pour accéder à encore plus d’envies… mais chut… la suite lors d’un prochain billet.

Repetto2

J’avais rédigé le dossier de presse et les documents commerciaux insérés dans la boîte de ces trésors d’imagination, il y a deux ans. Je récidive cette année… et vous tiens informés.

Repetto3

Shiseido

Capture d’écran 2013-08-17 à 11.44.18

Shiseido – Blog Kyoyu

Dédié aux clientes fidèles de Shiseido, membres du Club Omotenashi, le blog est la composante éditoriale d’un dispositif de fidélisation basé sur un CRM.

Espace où la marque exprime sa vision de la beauté, mon ambition est de transmettre aux lectrices l’esprit et la la philosophie de Shiseido en imprégnant chacun des billets avec la notion d’Omotenashi. Plus complexe que le mot « hospitalité », Omotenashi est une composante de la culture japonaise qui élève l’accueil des clients à un protocole respectueux, une cérémonie dans laquelle empathie, anticipation, écoute sont parties intégrantes. Une attitude qui guide Shiseido dans le développement de ses produits, ses ambassadrices, les Consultantes Beauté et leurs soins prodigués en cabine.

Dévoiler les sources d’inspiration des collections, aborder les préoccupations de chacune, raconter les caractéristiques de la culture japonaise sur un ton Shiseido sont des angles qui permettent d’expliquer les couleurs, les gammes de produits, l’importance de certains ingrédients. Voyage coloré à travers cette marque confidentielle à la discrétion orientale http://clubshiseido.fr

L’information peut-être très stylisée

Découvert grâce à une amie, David Mc Candless est un auteur, journaliste et designer d’information dont j’admire l’ingéniosité. L’information la plus dense peut être lue et comprise en un clin d’oeil : l’image, les formes choisies mettent en scène les données économiques et sociétales les plus ardues deviennent ludiques. La datavisualisation ou  l’art de retranscrire de manière pédagogique et moderne pour nous, lecteurs pressés et peu captifs.

Parfois, les mots doivent se mettre en retrait au profit du graphisme pour favoriser la lisibilité de l’information et sa mémorisation.

cover_versions_07

 » Je débute toute visualisation en partant non pas des nombres auxquels je suis confronté mais de ma propre confusion à leur égard. J’avoue ne pas comprendre ces nombres à l’état brut. Présentés de manière absolue, comme c’est souvent le cas dans les médias, il est difficile de cerner leur portée. Ces présentations ne permettent pas d’établir des liens entre divers éléments. Or, je crois que ce sont ces liens qui sont les plus importants. » David Mc Candless

DMCschema